MyPeBS : évaluation d’un dépistage personnalisé, pour changer les pratiques ?

L’objectif principal de l’étude randomisée MyPeBS est de comparer le dispositif actuel de dépistage organisé - basé sur le seul critère de l’âge (hormis le cas des femmes identifiées à très haut risque) - à une nouvelle stratégie de dépistage proposant un type et une fréquence d’examens basés sur le niveau de risque de chaque femme. Ce score de risque est calculé à partir de diverses données personnelles à chaque femme : données cliniques (âge, antécédents familiaux de cancer, âge des premières règles, etc.), radiologiques (densité mammaire), et génétiques (analyse d’un score de polymorphismes associés au risque de cancer du sein, via un test salivaire).

L’étude, promue par Unicancer et coordonnée par le Dr Suzette Delaloge, oncologue médical, chef du comité de pathologie mammaire à Gustave Roussy, prévoit de recruter 85000 femmes de 40 à 70 ans dans 5 pays (France, Royaume-Uni, Italie, Belgique, Israël), avec une durée de suivi de 4 ans. La moitié des femmes suivront le dépistage standard et la moitié un dépistage basé sur l’évaluation de leur risque.

L’objectif principal de MyPeBS est de démontrer si un dépistage personnalisé est au moins aussi efficace qu’un dépistage standard, dans la prévention de survenue de cancers du sein de stade 2 et plus. Les objectifs secondaires sont d’évaluer si un tel dépistage évite plus de cancers de stade 2 et plus, s’il a moins d’inconvénients que le dépistage standard, et est plus acceptable pour les femmes, que ce dernier.

Si cette étude est positive, elle pourrait changer les pratiques du dépistage du cancer du sein en Europe.

Predilife est l’un des partenaires de ce grand projet financé par l’Union Européenne, en charge de l’évaluation du risque individuel de cancer du sein dans l’étude MyPEBS.

Pour en savoir plus : www.mypebs.eu

Essai clinique MammoRisk