skip to Main Content
+33 (0)6 59 19 17 49 contact@predilife.com

Predilife
« prédire pour prévenir »

Histoire & vision

2004

Création de Predilife
par Stéphane Ragusa

2007

Contrat avec l’INSERM d’accès à leurs cohortes de données

2013

Contrat avec BCSC (British Columbia Securities Commission) d’accès à leur base de données sur 1.000.000 de femmes américaines.

2017

Obtention d’un premier agrément FDA pour DenSeeMammo

Publication de l’Etude Riviera (NCT02997384) promue par Gustave
Roussy et financée par l’ARC visant à montrer l’acceptabilité et la faisabilité d’une consultation de risque du cancer du sein en cabinets de ville.

2018

Predilife entre en bourse. Marquage CE pour MammoRisk et DenSeeMammo

2019

Lancement de l’étude MyPeBS.
Lancement commercial en Europe et États-unis

2020

8 commerciaux France
et International

Predilife développe des tests prédictifs pour la médecine de demain : Prédictive, Préventive, Personnalisée et Participative (4P). La médecine prédictive consiste à anticiper le devenir d’un individu pour agir à temps grâce à une prévention personnalisée, soit en diminuant les risques (prévention dite primaire), soit en identifiant plus tôt la maladie (prévention secondaire). Les pathologies graves, cancers et infarctus notamment, peuvent faire l’objet d’une meilleure prévention.

La Direction Predilife, accompagnée de 8 collaborateurs et 8 commerciaux France et International est composée de :

Stéphane Ragusa, est le Président Directeur Général de Predilife. Ancien élève de l’École Polytechnique il est également diplômé de l’Ensae (Statistiques) et docteur en biologie. Il a développé ce thème de la prédiction de risque en milieu académique sur des cohortes de l’INSERM, avant de créer Predilife en 2004. Il a ensuite développé la société après une formation à HEC Challenges+.

Après une formation d’ingénieur, Pierre Verdet rejoint McKinsey avant de devenir directeur de site (Buc et Budapest) pour General Electric. Au sein de Predilife, Pierre Verdet est directeur général délégué, en charge du développement commercial et de la mise en place opérationnelle de la solution.

Ingénieur chimiste, Valérie Hélin effectue ensuite une thèse en biologie à l’Université Paris-Saclay dans les laboratoires de Gustave Roussy. En 2007, elle est directrice du développement économique de Cancer Campus et commence à travailler pour Predilife comme responsable des collaborations académiques. En 2016, elle rejoint à 100 % l’équipe de Predilife en tant que directrice des affaires scientifiques et médicales.

Diplômé d’un Master en bio-informatique et en bio-statistiques de l’Université Paris-Sud, Émilien Gauthier est également ingénieur en génie logiciel et titulaire d’un doctorat en data-mining scores de risque médicaux obtenu à Télécom Bretagne. Il a intégré Predilife en 2007 et est aujourd’hui directeur technique et directeur de la R&D.

Partenaire de l’étude européenne MyPEBS, en charge de la plateforme d’évaluation du risque du cancer du sein.

L’objectif principal de l’étude randomisée MyPeBS (My Personal Breast Screening) est de comparer le dispositif actuel de dépistage organisé – basé sur le seul critère de l’âge (hormis le cas des femmes identifiées à très haut risque) – à une nouvelle stratégie de dépistage proposant un type et une fréquence d’examens basés sur le niveau de risque de chaque femme.

L’étude, financée par l’Union Européenne et promue par Unicancer, prévoit de recruter 85 000 femmes de 40 à 70 ans dans 5 pays (France, Royaume-Uni, Italie, Belgique, Israël), avec une durée de suivi de 4 ans. La moitié des femmes suivront le dépistage standard et la moitié un dépistage basé sur l’évaluation de leur risque.

Predilife est l’un des partenaires de l’étude MyPeBS, en charge de la plateforme d’évaluation du risque individuel de cancer du sein. Pour en savoir plus : www.mypebs.eu

Ce projet a reçu un financement de l’Union européenne dans le cadre du programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 – convention de subvention n°755394

Back To Top